Fisher-Strikefoot-Wilson

Encore une fois, le CAO fait peau neuve. Les murs ont été remontés et l'espace a été retapé. Nos chères abeilles et perceuses, que l'on pouvait admirer depuis l'exposition inaugurale de L'Art au CAO, sont maintenant disparues. Elles ont été remplacées par des portraits photographiques empreints de poésie qui méritent d'être longuement contemplés, et non simplement effleurées du regard. Chose certaine, ces œuvres inspirantes agrémentent fort bien les lieux.

Le vendredi 12 septembre 2008, le CAO organisait une deuxième exposition dans le cadre de L'Art au CAO, événement qui met en vedette et promeut des artistes de la région. L'événement, présenté en collaboration avec le Festival X (festival de photos), réunit les œuvres de trois jeunes photographes émergentes de la School of Photographic Arts à Ottawa. Le CAO est heureux de faire découvrir, en compagnie du Festival X et de plusieurs autres galeries, des photographes établis et émergents. Les trois artistes qui exposent au CAO, Sarah Fisher, Sarai Strikefoot et Michelle Wilson, ont été choisies pour avoir créé des œuvres saisissantes, d'une grande qualité technique, qui établissent entre elles un dialogue, à l'intérieur même de l'espace.

L'exposition regroupe quatre séries de portraits à lesquelles chaque artiste apporte une individualité et un style distinct. En étant juxtaposées, les séries se démarquent nettement les unes des autres. Dans la salle Michaela Fitch, dix-neuf visages ornent les murs, fixent l'espace du regard et deviennent spectateurs des réunions et des ateliers. Les photos de Michelle Wilson, où l'on voit des femmes choristes à l'œuvre, capturent l'exubérance des chanteuses et leur plaisir absolu de chanter. Placées à la verticale en deux rangées de quatre, les photos illustrent l'indéniable jubilation que ressentent les choristes. Les photos de Sarai Strikefoot, de gros plans de visages en noir et blanc, révèlent une certaine réticence chez le sujet, une certaine intimité et individualité; quoique sobres, elles ont une puissante présence. Les photos de Sarah Fisher, exposées à l'entrée du CAO, nous font découvrir des moments et des pensées intimes, une vision créée par un agencement touchant, frappant et magnifique de textes et d'images qui invite le public à un examen minutieux et au voyeurisme. Ces œuvres prouvent à quel point les artistes émergents d'Ottawa possèdent des compétences et un esprit créatif remarquables.

Présenté au CAO jusqu'au 24 octobre, l'événement Fisher-Strikefoot-Wilson est un incontournable du circuit d'exposition du Festival X. Le public peut visiter le CAO du lundi au vendredi, de 10 h à 17 h, ou en prenant rendez-vous.