Histoires d'ici et d'ailleurs

15 juin au 20 juillet 2012
L'exposition est organisée par Chikonzero Chazunguza

Avec des oeuvres de Chikonzero Chazunguza, Roberta Della-Pica et Guillermo Trejo

Vernissage le 15 juin de 17 h - 20 h

Histoires d'ici et d'ailleurs

Texte : Équipe du CAO

La prochaine exposition affichée au CAO est intitulée Histoires d'ici et d'ailleurs – présentant les œuvres de trois artistes dont Chikonzero Chazunguza, Guillermo Trejo et Roberta Della-Picca.

Le CAO a d'abord approché Chazunguza afin d'organiser une exposition l'automne dernier et il a conclu qu'il pouvait contribuer encore mieux en y participant. Après de nombreuses recherches, Chazunguza a trouvé des affinités avec le travail de Trejo et Della-Picca. Ce qui unit ces artistes est le besoin de relater leurs expériences d'adversité passées. Comme le dit Chazunguza : « Nous parlons d'un lieu sûr », laissant clairement entendre le passé non sécuritaire de l'artiste et la sécurité relative du présent.

Chazunguza, connu sous le nom de Chiko par tous ceux qui le rencontrent, dont l'enthousiasme naturel est contagieux. Sa personnalité joyeuse déguise la gravité de ses œuvres. Sa dernière série est inspirée de ses expériences du passé au Zimbabwe. Ses œuvres principalement d'origine acrylique incorporent des morceaux de canettes de boissons gazeuses, associant la culture traditionnelle zimbabwéenne et la consommation de masse. Il cherche à exprimer l'opposition entre l'abondance des marchandises au Canada et la pénurie de matériaux qu'il a connue au Zimbabwe.

Chiko a eu tout un parcours artistique, natif du Zimbabwe; il a étudié l'art en Bulgarie avant de retourner chez lui pour 15 ans pour finalement se retrouver au Canada en 2009. Sa pratique artistique reflète ce parcours, mélangeant les stratégies de l'art contemporain avec les techniques artistiques traditionnelles du Zimbabwe.

Guillermo Trejo a immigré au Canada en 2007 en provenance du Mexique. Lors d'un retour ultérieur au Mexique, il a été frappé par la pauvreté et l'injustice de son pays d'origine. Cette expérience est devenue un fait marquant de sa pratique artistique. Cherchant à remédier les lacunes de la société, il se sert d'un média souvent utilisé pour la sensibilisation sociale et le changement – l'impression. Ses gravures sont créées à partir d'images dessinées à la main dérivée des nouvelles et des médias de masse. Bien qu'il place la société devant un miroir critique, ses œuvres efforcent de susciter un changement.

Trejo a été très actif ces temps-ci avec des expositions en solo à la Galerie SAW (2011) et au Centre des arts Shenkman (2012), et d'autres expositions de groupe à son actif. Il complète actuellement une maîtrise en art visuel à l'Université d'Ottawa et exposera sa thèse à la Galerie d'art d'Ottawa cet automne.

La troisième artiste participant à l'exposition est Roberta Della-Picca, une femme aux multiples talents qui pratique de nombreux médiums tels que l'installation, la peinture, et le conte. Il lui arrive également de s'adonner au jeu, notamment en participant récemment en tant que figurante à la distribution entièrement autochtone de la production King Lear au CNA en mai.

Della-Picca se décrit comme une militante communautaire qui revendique pour tous les membres de sa communauté qui sont confrontés à des problèmes difficiles. Dans Histoires d'ici et d'ailleurs elle a choisi d'inclure des œuvres qui touchent à ces questions. L'une d'elles, intitulée Schéma corporel : cercle d'influence de guérison, est une toile géante mesurant 80” x 120” qui rappelle le drap pour lit king. Dans cette œuvre, Della-Picca se sert de cette grande toile pour tracer son parcours personnel, y compris ses combats difficiles.

L'exposition Histoires d'ici et d'ailleurs sera exposée au Conseil des arts d'Ottawa du 15 juin au 20 juillet, avec un vernissage le 15 juin de 17 h à 20 h.