#LeConseilprésente : Caroline Yergeau

Jenna Brown

Le Conseil des arts d’Ottawa promeut et développe les arts à Ottawa et fait valoir leur priorité. Notre vision est celle d’une ville enrichie par les effets bénéfiques transformateurs des arts.

Notre série #LeConseilprésente présente les histoires et les expériences des membres du Conseil et des lauréats des prix du Conseil des arts d’Ottawa.

Caroline a reçu le Prix RBC pour les artistes émergents en 2016.

De quel endroit venez-vous ?

Trois-Rivières (Québec)

Comment êtes-vous entré dans la communauté artistique d’Ottawa ?

J’ai fait un baccalauréat spécialisé approfondi en théâtre à l’Université d’Ottawa, ce qui m’a permis d’entrer en contact avec les artistes et le milieu professionnel d’Ottawa. J’ai décidé d’y ancrer ma pratique et d’y fonder ma compagnie, le Théâtre Belvédère.

Comment décririez-vous votre pratique et votre discipline artistiques ?

Je suis comédienne et metteure en scène de théâtre.

Je m’intéresse à toutes les formes scéniques qui me permettent d’établir un dialogue avec le public car, en valorisant la liberté de formes et de contenus, je crois que le théâtre peut devenir source d’enchantement et de réflexion critique sur la condition humaine et l’actualité.

Comment est-ce que votre engagement dans les arts et la communauté artistique d’Ottawa a changé votre vie ?

Mon engagement dans le milieu théâtral francophone d’Ottawa m’a permis de comprendre l’importance de l’art comme moyen de préserver la culture et comme lieu de rassemblement d’une communauté. L’étroitesse des liens existant entre les artistes de notre milieu m’a donné la chance de recevoir appui et conseils, au besoin, et m’a aidé à me définir comme artiste.

Y a-t-il un moment ou une situation spécifique dans votre carrière artistique dont vous vous souvenez avec grand plaisir ?

J’ai été marraine du Festival Théâtre Action en milieu scolaire, en 2018 et 2019. Le fait d’avoir été choisie par les festivaliers pour tenir ce rôle a été à la fois une grande surprise et une grande fierté. Je n’oublierai jamais ma première apparition sur scène à titre de marraine lors du festival de 2018 : avoir près de 400 adolescents qui vous applaudissent et qui hurlent leur bonheur de partager ce moment avec vous, c’est une sensation plus grande que nature!

Avez-vous des conseils pour les artistes d’Ottawa ou les artistes en général?

Suivez votre instinct et trouvez des manières créatives de réaliser vos rêves et projets.

Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

Je viens de terminer la mise en scène de la comédie musicale, Pied de poule, de Marc Drouin, au Théâtre de l’Île à Gatineau.

Je travaille sur un projet à long-terme s’inspirant de l’opéra Carmen de Bizet, avec des artistes canadiens et européens, qui implique une exploration de la voix libre et une approche documentaire.

En parallèle à ma pratique théâtrale, j’ai commencé un baccalauréat en chant classique à l’Université d’Ottawa.

Comment était-ce de recevoir un prix du Conseil des arts d’Ottawa ? Quel impact croyez-vous que cela aura sur votre carrière ?

J’ai été flattée de recevoir cette reconnaissance de la part de mon milieu. Le prix m’a donné plus de confiance en ma démarche artistique et m’a donné les moyens financiers de débuter mon projet avec des artistes européens et de poursuivre mon processus créatif et documentaire qui allait devenir le spectacle « Mon corps livré pour vous » qui a été présenté à La Nouvelle Scène Gilles Desjardins en octobre 2018.