Jamie Kronick

#LeConseilprésente – Jamie Kronick

Jennifer Clark

Jamie Kronick : L’inspiration est souvent là où on ne l’attend pas

Le Conseil des arts d’Ottawa appuie les artistes et organismes artistiques par l’entremise de leadership, de conseils et par la création d’opportunités afin de promouvoir et faire avancer notre potentiel créatif local.

Notre série #LeConseilprésente présente les histoires et les expériences de membres et de récipiendaires de prix du Conseil des arts d’Ottawa.

Jamie a reçu Projet X, fonds pour la photographie en 2016.

Jamie Kronick

Crédit photo : Ming Wu

D’où venez-vous? Êtes-vous originaire d’Ottawa?

Oui, je suis originaire d’Ottawa.

Quand avez-vous commencé à vous impliquer dans la communauté artistique locale?

J’étais étudiant à la SPAO [School of the Photographic Arts, ndr], ç’est ça qui m’a mis le pied dans la porte. Ensuite j’ai commencé à aller voir de plus en plus d’expositions et de concerts, j’ai rencontré des gens, je me suis fait des amis, et ainsi de suite.

Comment décririez-vous votre art?

J’aime dire que j’ai deux pratiques à plein temps : la photographie artistique et la batterie.

Quel impact a eu votre implication dans la communauté des arts d’Ottawa sur votre vie?

Un impact énorme! La plupart de mes amis proches et de mon entourage fait partie de la communauté artistique d’Ottawa. C’est grâce à eux que j’ai appris à mieux connaître des modes d’expression qui ne m’intéressaient pas du tout auparavant. Ils ont élargi mes horizons créatifs.

Y a-t-il eu un moment particulièrement important, ou un souvenir qui vous soit particulièrement cher, dans votre parcours d’artiste?

Oh mon dieu, il y en a tant! En 2014, juste avant ma première exposition solo à l’annexe de la Galerie d’art d’Ottawa, je travaillais en tant que photographe pour le NPD. Je voyageais avec Tom Mulcair et de documentais ses rencontres avec les Canadiens. Nous avons sillonné le pays, y compris une étape à Iqaluit, quatre jours avant mon vernissage. Si tout allait comme prévu, mon avion devait atterrir à Ottawa à 16 h 30 le jour même. J’ai croisé les doigts, les orteils, et mes cheveux pour que le vol arrive à l’heure!

Et effectivement, j’ai atterri à Ottawa à 16 h 30, j’ai récupéré mes bagages, sauté dans un taxi et suis arrivé à l’Hôtel de ville d’Ottawa, mes sacs à la main, dix minutes avant l’ouverture des portes.

Ce soir-là en rentrant chez moi, j’ai enfin pu décompresser et apprécier ce qui venait d’arriver.

Avez-vous des conseils pour les artistes d’Ottawa ou les artistes en général?

Allez voir le travail d’autres artistes, quelle que soit leur discipline ou leur style. On ne sait jamais d’où viendra la prochaine source d’inspiration pour votre propre pratique.

Sur quels projets travaillez-vous en ce moment?

Une première pour moi : une série de photographies politiques. Je photographie des abats… Et d’autres projets arrivent dans les prochains mois.

Quel effet cela vous a-t-il fait de recevoir un prix du Conseil des arts d’Ottawa?

Ça m’a mis beaucoup de vent dans les voiles. Je me suis senti entendu par la communauté des arts, j’ai pris confiance dans mon art en tant que contribution valable. En tant qu’artiste, on se sent souvent totalement isolé du reste du monde et on cède facilement à la frustration. Obtenir ce prix m’a donné le sentiment d’être vu et entendu.

Vous voulez en savoir plus sur l’artiste et son travail? Visitez www.jamiekronick.com, ou retrouvez Jamie sur Twitter @jamiekronick, Facebook www.facebook.com/jamiekronick et Instagram @jamiekronick.

---

Le processus de mise en candidature pour le Projet X, fonds pour la photographie est ouvert jusqu’au 6 avril 2018.

Partager sur Partager sur Twitter