#LeConseilprésente : Jocelyn Todd

Jenna Brown

Conseil des arts d’Ottawa promeut et développe les arts à Ottawa et fait valoir leur priorité. Notre vision est celle d’une ville enrichie par les effets bénéfiques transformateurs des arts.

Notre série #LeConseilprésente présente les histoires et les expériences des membres du Conseil et des lauréats des prix du Conseil des arts d’Ottawa.

Jocelyn Todd est lauréate du Prix du Fonds de dotation Corel pour les arts en 2015.

Êtes-vous originaire d’Ottawa?

Oui, j’y suis née et j’y ai grandi.

Quand avez-vous commencé à vous impliquer dans la communauté artistique locale?

J’ai commencé à explorer le monde des arts grâce à mon père, qui était directeur au Musée des beaux-arts pendant toute mon enfance et la plupart de mon adolescence. Ma sœur et moi avons eu la chance incroyable de nous promener dans les corridors, même parmi les collections,  quand l’envie nous prenait. J’adore l’art contemporain, la musique et la poésie, mais ce qui m’a toujours le plus fascinée, c’est la capacité du corps humain d’exprimer par le mouvement. J’ai pris des cours de danse Classique pendant des années au Nepean Creative Arts Centre, et plus tard, je me suis inscrite au programme de danse contemporaine de l’école de danse de New Edinburgh. Je suis sur scène en tant que danseuse et chorégraphe depuis 2012, à Ottawa et ailleurs.

Depuis 2015, plusieurs femmes remarquables et moi avons fondé un spectacle de danse annuel qui présente le travail de chorégraphes et de danseurs de notre communauté : le Dark Horse Dance Project. Cela me donne l’occasion d’échanger avec des artistes d’Ottawa et de la région, ce qui est un vrai privilège.

Comment décririez-vous votre art/votre discipline?

Cela fait partie de la danse contemporaine, c’est de l’expression par le mouvement.

Quel impact a eu votre implication dans la communauté des arts d’Ottawa sur votre vie?

C’est vraiment un plaisir de faire partie de la communauté de la danse contemporaine dans cette ville, en tant que chorégraphe, parfois enseignante, parfois sur scène. C’est un petit monde dominé par les femmes ici, et cela m’inspire beaucoup, c’est très collaboratif. Ce petit monde grandit sans cesse, mais il y a toujours cette atmosphère familiale. Les amitiés que j’ai nouées par la danse à Ottawa, ce sont des amitiés pour la vie. Travailler en studio des semaines durant, ça rapproche, c’est certain, si près les uns des autres, en sueur la plupart du temps! Ces aspects interpersonnels de la danse sont très importants pour moi, c’est ce qui donne sens à mon travail, et ce qui fait que je l’aime tant!

Y a-t-il eu un moment particulièrement important, ou un souvenir qui vous soit particulièrement cher, dans votre parcours d’artiste?

Tous, je pense, même les mauvais moments en fait.

Avez-vous des conseils pour les artistes d’Ottawa ou les artistes en général?

L’art est la manifestation de l’intuition. Faites confiance à votre intuition, et votre intuition guidera votre pratique artistique.

Sur quels projets travaillez-vous en ce moment?

J’ai l’énorme chance de travailler actuellement sur un nouveau spectacle avec quatre danseurs fabuleux à Ottawa Dance Directive.

Quel effet cela vous a-t-il fait de recevoir un prix du Conseil des arts d’Ottawa? Pensez-vous que cela influencera votre carrière?

C’était fantastique! J’ai accepté le prix au nom du Dark Horse Dance Project en 2015, notre première année (www.darkhorsedanceprojects.com). C’était vraiment spécial pour nous de recevoir l’appui du Conseil des arts si tôt dans notre aventure, parce que nous étions vraiment en phase d’exploration et tout le monde travaillait gratuitement. L’appui financier nous a permis d’alléger les soucis financiers et même de remettre une modeste somme aux danseurs à la fin du festival, ce qui comptait beaucoup pour nous. De là, nous avons pu viser un peu plus haut, et nous en sommes à notre cinquième année. Ça nous procure une joie immense, de pouvoir permettre à des artistes de danse contemporaine locaux de présenter leur travail. Cette année, le festival aura lieu fin septembre, ne le manquez pas!