Lisa L’Heureux

#LeConseilprésente – Lisa L’Heureux

Jennifer Clark

Crédit photo : Pink Monkey Studios
 

Lisa L’Heureux : Investir le sens et les sens

Le Conseil des arts d’Ottawa appuie les artistes et organismes artistiques par l’entremise de leadership, de conseils et par la création d’opportunités afin de promouvoir et faire avancer notre potentiel créatif local.

Notre série #LeConseilprésente présente les histoires et les expériences de membres et de récipiendaires de prix du Conseil des arts d’Ottawa.

Lisa L’Heureux a reçu le Prix RBC pour les artistes émergents en 2015.

D’où venez-vous? Êtes-vous originaire d’Ottawa?

Je suis originaire d'Aylmer, mais j'habite Ottawa depuis presque 10 ans.

Quand avez-vous commencé à vous impliquer dans la communauté artistique locale?

J'ai commencé à m'impliquer dans la communauté artistique locale lorsque j'ai redéménagée dans la région en 2008, suite à des études complétées à UBC, à Vancouver.

Comment décririez-vous votre art?

Dans mon travail d'artiste de théâtre, je souhaite créer des fêtes ou des souvenirs scéniques qui provoquent la rencontre et un échange entre scène et salle. J’accorde une grande importance à la recherche, à l’analyse et à la réflexion. J’aime l’idée de sortir des sentiers battus, de travailler lentement et longtemps. Je veux créer un théâtre qui investit le sens et les sens. Je suis attirée par des oeuvres et des processus artistiques qui laissent libre cours à l’accident et qui mettent en scène la fragilité. Je suis surtout interpellée par une parole forte et à la création qui sort d’une certaine urgence – celle de créer, de dire, de raconter, et de rencontrer l'autre.

Quel impact a eu votre implication dans la communauté des arts d’Ottawa sur votre vie?

Ma démarche créative est alimentée par de nombreuses collaborations. Avec le Théâtre Rouge Écarlate, je me permets de créer des productions théâtrales plus "traditionnelles", mais je suis aussi intéressée par les happenings, les lectures-spectacles, et les performances in situ (réalisés avec les Poids Plumes, les Crisseurs de feu, le Théâtre français du CNA, et le Théâtre du Trillium).

Y a-t-il eu un moment particulièrement important, ou un souvenir qui vous soit particulièrement cher, dans votre parcours d’artiste?

L'année 2012 a été un point tournant dans mon parcours d'artiste puisque c'est le moment où j'ai décidé de commencer à m'investir pleinement dans l'écriture et la création théâtrale. Avant ce moment-là, j'étais plutôt une artiste pigiste qui répondait à l'offre. C'est suite à cette décision que j'ai créé ma compagnie, le Théâtre Rouge Écarlate, et que j'ai co-fondé ce qui est devenu les Poids Plumes. C'était un énorme risque, et le vertige y est encore, souvent, mais aujourd'hui je ne me vois pas créer autrement.

Avez-vous des conseils pour les artistes d’Ottawa ou les artistes en général?

Travaillez par nécessité, cherchez l'essentiel, soyez exigeants et rigoureux dans tout ce que vous faites, faites confiance à l'intelligence des gens, et cultivez votre fascination et votre capacité d'écoute.

Sur quels projets travaillez-vous en ce moment?

Je travaille toujours sur plusieurs projets à la fois, en assumant différents rôles pour chacun. Parmi les nombreux à venir, je collabore actuellement à la création de Tapage et autres bruits sourds, un happening sous le thème du combat entre le vacarme et le silence et signé les Poids Plumes, qui sera présenté au CNA pour célébrer la Journée mondiale du théâtre.

Quel effet cela vous a-t-il fait de recevoir un prix du Conseil des arts d’Ottawa?

Chaque jour, j'ai le privilège de me consacrer à mon art. Une partie de ce que je fais se trouve à être dans l'ombre et jamais loin des obstacles, et la réception de prix n'a fait qu'encourager le rêve, l'envie et les moyens de poursuivre la recherche et création artistique. De manière plus concrète, cette reconnaissance du Conseil des arts d'Ottawa m'a permis de prendre du temps, un luxe pour les artistes qui doivent souvent bosser juste pour survivre. Avec ce temps, j'ai pu suivre des ateliers de formation continue et assister à des festivals afin de nourrir ma pratique artistique. De plus, ce prix m'a donné l'occasion d'être mieux en contact avec les autres domaines artistiques, ainsi m'inscrivant dans une plus grande communauté.

Vous voulez en savoir plus sur l’artiste et son travail? Retrouvez Lisa sur Twitter, le Théâtre Rouge Écarlate sur Twitter et Facebook, les Poids Plumes sur Twitter et sur Facebook and les Crisseurs de feu anonymes sur Facebook.

---

Le processus de mise en candidature pour le Prix RBC pour les artistes émergents débute le 1 février 2018.

Partager sur : Partager sur Twitter